Les chasses aux pantes et à la matole à nouveau autorisées

Les arrêtés ministériels d’autorisation des chasses traditionnelles viennent d’être publiés dans la nuit du 14 au 15 octobre

Les arrêtés sont datés du 12 octobre 2021, la veille du dernier Conseil des ministres. Ils indiquent que la chasse aux alouettes des champs au moyen de pantes (filets) et de matoles (cages) est à nouveau autorisée dans les départements des Landes, de la Gironde, du Lot-et-Garonne et des Pyrénées-Atlantiques.

Le nombre maximum d’oiseaux chassés est fixé pour chaque département.

Les chasseurs aux alouettes vont donc pouvoir reprendre leur activité dès ce vendredi.

Au total, ce sont huit arrêtés qui sont parus vendredi 15 octobre au Journal officiel, autorisant des chasses d’oiseaux dites traditionnelles par piégeage. Outre la capture des alouettes des champs dans les départements du Sud-Ouest, ils autorisent aussi « la capture des vanneaux huppés et des pluviers dorés au moyen de tenderies aux filets » dans les Ardennes, et la « tenderie (nœud coulant) aux grives et aux merles noirs » dans les Ardennes.

Les chasseurs se sont mobilisés !

Les défenseurs des chasses traditionnelles et de la ruralité ont défilé, ce samedi 18 septembre, dans les rues de Mont-de-Marsan. Un cortège de 16 300 manifestants selon la préfecture, et de 20 000, selon les organisateurs, s’est élancé à travers la ville.

Lire l’article de Sud-Ouest : https://www.sudouest.fr/environnement/mont-de-marsan-environ-17-000-chasseurs-et-ruraux-ont-battu-le-pave-5957359.php

Tous mobilisés pour la chasse le 18 septembre !

Le samedi 18 septembre prochain, tous les chasseurs sont invités à participer à la grande manifestation pour la sauvegarde de la chasse française à Mont-de-Marsan dans les Landes. 

Le mot d’ordre est la défense de la chasse. La chasse française est attaquée. Nous devons défendre notre culture, nos traditions et la ruralité. Plusieurs bus devraient partir dans différents départements de toute la France. Vous pouvez vous renseigner auprès de votre fédération des chasseurs.

Dates d’ouverture de la chasse – saison 2021-2022

Les dates d’ouverture de la chasse par département sont fixées pour chaque espèce par arrêté préfectoral, à chaque nouvelle saison. Cela ne signifie pas forcément que la chasse est impossible avant ces dates. Un contexte local particulier peut autoriser la chasse par anticipation ou sur une période plus étendue.

Retrouvez les dates par département en cliquant ici : https://www.chasseurdefrance.com/pratiquer/dates-de-chasse/

Ruralité : énorme succès pour la première manifestation en ligne

Ruralité : énorme succès pour la première manifestation en ligne initiée par la FNC avec près de 380 000 participants !

Avec près de 380 000 participants comptabilisés le samedi 12 juin, la première manifestation virtuelle rurale organisée par la FNC avec ses amis ruraux, agriculteurs et pêcheurs, sans compter d’autres acteurs de la ruralité qui se sont massivement connectés, a été une grande réussite.

« Ceux qui prennent les ruraux pour des rétrogrades et des réfractaires à la modernité en sont donc pour leur frais. L’innovation est aussi rurale lorsqu’elle permet, comme ce 12 juin, de mobiliser massivement. Notre mot d’ordre : « Laissez respirer les ruraux ! » a fédéré bien au-delà des seuls acteurs de la ruralité. Preuve que la ruralité n’est pas seulement définie par une zone géographique mais est un art de vivre et un état d’esprit. La voix des 30 % des Français qui habitent à la campagne et de tous ceux qui partagent notre identité rurale s’est exprimée avec force », a indiqué la FNC lundi dans un communiqué de presse.

Plus de 15 000 revendications

Près de 50 messages par minutes ont été postés sur la plateforme (https://www.liberteruralite.fr) qui reste accessible jusqu’au 27 juin. A ce jour, plus de 15 000 revendications y ont été écrites par tous ceux qui veulent être entendus car ils se sentent souvent incompris, stigmatisés, voire considérés comme des citoyens de seconde zone. Ces « oubliés » considèrent que « l’écologie ne doit pas opposer les citadins et les ruraux » car « il y a de la place pour tout le monde » et appellent à la « tolérance » et au « respect ». Nous sommes des « éco-logiques » revendiquent-ils.

Pour Willy Schraen, président de la FNC : « Je suis fier du l’immense succès de cette mobilisation inédite dans sa forme virtuelle et unitaire car elle nous a réunis sur un pied d’égalité quelles que soient nos appartenances fédérales. Merci à tous nos amis ruraux, en particulier Christiane Lambert, présidente de la FNSEA et Jérémy Grandière, président de la Fédération de la pêche d’Ille-et-Vilaine pour leur soutien. Cette mobilisation fera date. Ce n’est que le début du réveil des ruraux. D’autres événements pour la défense d’une ruralité vivante et respectée, sont à venir. Devenons des militants de notre cause car notre combat est légitime ! La France rurale fait partie de notre patrimoine. Elle mérite d’être entendue et écoutée.»

 

MANIFESTATION RURALE EN LIGNE

j-15-infographie-chasseurs

LA CHASSE, LE BONHEUR GRANDEUR NATURE FORMAT 100% DIGITAL !

Pas besoin de grands discours ou de slogans percutants pour faire partager cette passion de la #chasse. La bande son et les images parlent d’elles-mêmes et nous racontent l’état d’esprit de ce million de Français lorsqu’ils vont chasser : de la convivialité, de la fierté et du respect… Mais, sans arme ni animal prélevé car interdits d’écrans TV par l’ARPP – Autorité de Régulation Professionnelle de la Publicité. Preuve supplémentaire que la chasse ne se résume pas qu’à cela !

https://fb.watch/57NteAh44o/

La sécurité : une priorité absolue pour les chasseurs

Les chasseurs ne transigent pas sur la sécurité ! La preuve avec la publication, à la demande de la FNC, d’un arrêté du ministère de la Transition écologique au journal officiel du 5 octobre 2020. Il rend obligatoire trois actions concrètes.

3 actions concrètes obligatoires :

  • Le port d’un vêtement fluorescent en action de chasse collective au grand gibier

  • La signalisation des chasses sur les voies publiques

  • Une formation à la sécurité tous les 10 ans pour tous les chasseurs.

Peu d’activités peuvent se prévaloir d’un tel dispositif de remise à niveau des connaissances de ses pratiquants tous les dix ans. Les modalités d’information et de convocation sont fixées par chaque Fédération départementale des chasseurs. Le programme de formation qui est en train d’être finalisé, est lui, défini par la FNC, après avis de l’OFB.

Enfin, est également instituée de manière autonome, une commission départementale de sécurité qui doit être mise en place au sein de chaque Fédération départementale ou interdépartementale des chasseurs.

Cette nouvelle instance fédérale n’est que consultative et son avis peut ensuite conduire la fédération en question à saisir le Préfet ou l’OFB, en cas de nécessité de prise de sanction à l’encontre d’un chasseur indiscutablement mis en cause dans un accident ou une infraction aux règles de sécurité.

Affaire Pilarski : son chien seul responsable

L’affaire Elisa Pilarski vient de prendre un nouveau tournant. En reconnaissant que le chien Curtis, propriété de la victime, est bien celui qui est responsable de l’agression mortelle, les experts viennent de reconnaître définitivement que les chiens de chasse à courre n’avaient strictement rien à voir dans cette terrible tragédie.

En effet, selon ces experts vétérinaires les seules traces des morsures relevées sur le corps de la victime sont exclusivement celles de Curtis. Dès le début de cette affaire, la fédération nationale des chasseurs, a toujours affirmé que des chiens de chasse ne pouvaient être responsables d’une telle horreur. Dans un communiqué, la Fédération Nationale des Chasseurs (FNC) regrette amèrement la violence de la campagne anti-chasse qui a tenté de stigmatiser les veneurs du rallye la passion, ainsi que l’ensemble des chasseurs de France.

De nombreux représentants des associations anti-chasse s’étaient relayés inlassablement dans les médias, pour décrire la violence des chasseurs et de leurs chiens, comme la soit disante peur que pouvaient dorénavant ressentir les autres usagers de la nature en présence de ceux-ci. La FNC attend des excuses publiques de ces personnes et de leurs associations, mais devant la violence de certains propos tenus, comme à la lecture des nombreux écrits liés à cette terrible affaire, la FNC annonce son intention de porter devant la justice une action ciblée, pour que l’honneur de tous les chasseurs de France leur soit rendu.

La FNC a une pensée sincère pour la famille de la victime, ainsi que pour les membres du rallye la passion et leur maître d’équipage, Sébastien Van Den Berghe, injustement accusés, et qui ont connu depuis le début de cette affaire un véritable enfer pour eux, comme pour leurs proches.

Villani : une proposition de loi sans connaître le sujet…

Par respect pour la démocratie représentative, la Fédération Nationale des Chasseurs, représentée par son Directeur Général Nicolas Rivet, a répondu à l’invitation des parlementaires signataires de la « Proposition de loi relative à de premières mesures d’interdiction de certaines pratiques génératrices de souffrances chez les animaux et d’amélioration des conditions de vie de ces derniers » qui vise à interdire des pans entiers de nos activités rurales, tant pour l’élevage que pour la chasse.

Il aurait été facile de refuser de venir à l’Assemblée Nationale alors que cette PPL n’a fait l’objet d’aucune concertation au préalable avec les éleveurs et les chasseurs.

Par contre, cette initiative parlementaire reprend l’intégralité des arguments des lobbies anti-chasse et anti viande, laissant à penser qu’ils ont été largement consultés avant la rédaction de ce texte choquant et profondément anti rural, comme si les ruraux étaient des citoyens de seconde zone. Au regard de cela, le Président Willy Schraen ne pouvait être présent.

Pour la FNC, cette audition illustre la duplicité des signataires et en particulier de Monsieur Villani qui prône tous les jours dans les médias le respect et l’écoute de la société civile, qui défend les minorités et qui donne des leçons sur l’importance de la concertation.

Alors comment peut-on être à l’origine d’une proposition de loi qui demande l’interdiction de toutes les chasses traditionnelles, de la chasse à courre ainsi que de toutes les chasses aux chiens courants, sans avoir jamais rencontré la moindre personne concernée et avec une ignorance abyssale du sujet…si ce n’est pour faire un coup politique ?

Les députés signataires veulent pourtant interdire la chasse pour des centaines de milliers de chasseurs de France alors que nombreux sont ceux qui reconnaissent la contribution de la chasse à la biodiversité et aux territoires ruraux.

La FNC appelle les parlementaires de la Commission des affaires économiques, et ensuite tous les parlementaires, à s’opposer le 8 octobre à ce texte liberticide qui nie l’identité rurale de nos terroirs.