Renouvellement des directeurs de battues

Le SDGC validé en juin 2018, prévoit une formation obligatoire de remise à niveau des directeurs de battues agréés depuis 2000. Le contenu et la formule ont été repensés et les premières sessions ont débuté en juillet 2019. L’occasion de faire un premier point à chaud avec quelques participants ayant suivi cette nouvelle formation proposée par la FDC16.

La sécurité en Charente est toujours un chapitre essentiel du SDGC soumis à l’approbation de l’autorité préfectorale. Depuis 2000, les directeurs de battue doivent suivre une formation pour bénéficier d’un agrément, leur permettant de prendre en charge la responsabilité des battues au grand gibier. Un peu moins de cent formations ont été organisées dans cette vingtaine d’années et ce sont presque 3 500 chasseurs qui les ont suivies. Certes, tous ne sont pas ou plus directeurs de battues aujourd’hui, mais au cours de toutes ces années la chasse du grand gibier a évolué, la réglementation et la jurisprudence également.

Une remise à niveau nécessaire pour prendre en compte les évolutions
Ces formations se déroulent sur une demi-journée et les groupes alternent formation en salle et sur le terrain. Céline Magniant est directrice de battues sur les territoires de Souvigné et Brettes. « Une piqûre de rappel c’est toujours utile en matière de sécurité. Je suis la seule femme et la plus jeune à encadrer essentiellement les battues au chevreuil depuis 2008. Cette remise à niveau est nécessaire pour se tenir informée des évolutions réglementaires au fil des ans, et pour appliquer les bonnes consignes. Il en va de la sécurité de tous ». Même constat pour Olivier Duqueyrois directeur de battues sur la SC de Saint Quentin et Pascal Beaulieu président de la SC de Chabanais. « Les pratiques et les règles ont évolué ces vingt dernières années, il y avait peu de chasseurs utilisant des carabines quand on a commencé à encadrer les battues. La chasse du grand gibier a tellement évolué que c’est indispensable de refaire ce type de formation aujourd’hui », précisent-ils.

Un travail de longue haleine
Cette remise à niveau aide aussi les directeurs de battues sur le terrain, dans l’organisation des chasses collectives. « Aujourd’hui la majorité des chasseurs a pris conscience de l’obligation d’être rigoureux et strict dans l’application des consignes », indique P. Beaulieu. O. Duqueyrois rajoute : « On a moins de difficultés qu’au début et on a fait preuve de beaucoup de pédagogie au cours de toutes ces années, ça commence à bien rentrer dans les esprits ».

Une formation axée sur la mise en situation
La FDC16 a souhaité mettre un accent particulier sur des aspects précis comme la matérialisation des angles de tir en fonction de la configuration de la traque. Un parcours est proposé aux participants avec mise en situation sur différents postes de tir. L’analyse de C. Magniant est immédiate : « Ce point pose encore des problèmes sur nos territoires et le fait de s’aider avec des supports visuels pour définir les postes et les matérialiser est important pour aider nos chasseurs. Le parcours proposé et la partie sur la manipulation des armes sont essentiels car cela peut permettre de corriger les mauvaises habitudes prises au cours des années ».

Un programme de formation sur la durée du SDGC
Dans l’été, huit sessions de formation ont permis de renouveler l’agrément de directeur de battues de 136 candidats. Pour 2020, ce sont 270 candidats qui sont déjà inscrits, l’objectif de la FDC étant d’en former 360 annuellement, jusqu’à la fin du SDGC en 2024. Une initiative qu’O. Duqueyrois et P. Beaulieu approuvent : « Même si en matière de sécurité on n’en fait jamais assez en ajoutant à ces formations, les départs de battues et les formations décentralisées délivrés par les agents de développement sur nos territoires, nos chasseurs pratiqueront demain, leur passion en toute sécurité ».

Education : l’éveil à la nature

La Fédération des chasseurs a poussé la porte des établissements scolaires du département pour s’adresser aux plus jeunes. Une immersion  pédagogique au cœur de la faune et la flore. (…)

 

Lire la suite dans CNA n°9

Endiguer la chute des permis

La Fédération veut comprendre pourquoi le nombre de validations de permis diminue. Une étudiante de l’université de Pau-Anglet a planché sur le sujet dans le cadre d’un travail pédagogique. Enrichissant… ()

 

Lire la suite dans CNA n°9

Déchets de venaison : la collecte s’organise

Les prélèvements de grand gibier sont conséquents. Chaque saison, ce sont 500 tonnes environ de déchets qui sont traités. Un système de points de collecte a été mis en place. (…)

 

Lire la suite dans CNA n°9

Gestion du sanglier : le cri d’alarme

Les chasseurs doivent-ils être les seuls payeurs des dégâts causés aux agriculteurs ? La Fédération souhaite que la loi d’indemnisation soit réformée en profondeur.

Le phénomène n’est pas nouveau : les populations de sangliers explosent dans les Landes comme ailleurs. Et la courbe des dégâts est exponentielle. (…)

 

Lire la suite dans CNA n°9

L’approche silencieuse : devenir prédateur

La Fédération des Chasseurs de la Gironde a mis au point un plan d’action pour développer et pérenniser la chasse à l’approche et à l’affût.

Il a commencé dans les pas de son père derrière un chevreuil il y a une vingtaine d’années. En chassant à l’approche et à l’affût, Julien Haas, technicien à la FDC33, notamment chargé des animations et des formations, peut laisser parler son caractère de contemplatif tout en satisfaisant son côté prédateur. Longtemps assimilée au braconnage, cette pratique est surtout méconnue dans un département où le mode de chasse traditionnel du grand gibier reste la battue au chien courant.

 

Lire la suite dans CNA n°9

Les zones humides choyées par la Fédération

La FDC33 ne voit pas et ne sert pas que ses intérêts cynégétiques. Agréée au titre de la protection de la nature, elle s’est lancée il y a plus de 20 ans dans des projets d’acquisition foncière supervisés par la Fondation pour la protection des habitats de la faune sauvage. (…)

(photo D. Gest)

Lire la suite dans CNA n°9

Des effectifs à maintenir

A quelques pas de la grotte de Lascaux, l’ACCA de la Brande Montignacoise accueille un ou deux nouveaux chasseurs ou chasseresses par an. C’est un minimum pour tenter de renforcer les équipes au gros gibier. (…)

 

Lire la suite dans CNA n°9

La vallée des Beunes, un milieu exceptionnel

Propriété de la Fondation nationale pour la protection des habitats de la faune sauvage depuis 2004, une partie de la vallée des Beunes, en Périgord noir, est devenue une réserve protégée. Une action exemplaire… (…)

 

Lire la suite dans CNA n°9

Financement des dégâts, vers plus de responsabilisation !

L’indemnisation des dégâts causés par le grand gibier sur les cultures agricoles est à la charge exclusive des chasseurs en contrepartie du droit de chasser et de prélever ces animaux sur des territoires le plus souvent mis à disposition. (…)

 

Lire la suite dans CNA n°9