Grand gibier : valoriser la venaison

Les prélèvements de sangliers et de chevreuils sont en constante augmentation. Les chasseurs peinent parfois à écouler la venaison. La fédération souhaite structurer une filière de valorisation locale de la viande.

Augmenter les plans de chasse, multiplier les battues pour tenter d’endiguer les dégâts sur les cultures. Prélever toujours plus de sangliers et chevreuils et arriver à un constat : des tableaux qui progressent sans cesse ces dernières années dans les Pyrénées-Atlantiques comme ailleurs. Avec des chasseurs sollicités comme ils ne l’ont jamais été, le loisir est parfois à la limite de la corvée. D’autant qu’une fois prélevé le gibier doit être placé dans une chambre froide, dépecé et traité par ces mêmes chasseurs pour être ensuite donné ou vendu. Une formation à l’hygiène de la venaison est à cet égard dispensée aux chasseurs qui le souhaitent pour être en parfaite conformité avec la réglementation européenne en matière de sécurité sanitaire. Il est en effet indispensable de savoir analyser le gibier tué à la chasse pour s’assurer de son parfait état sanitaire.

Lire la suite dans Chasseur en Nouvelle-Aquitaine n°12

Suivi des zones humides : protéger et valoriser

La fédération gère 28 sites sur une superficie de près de 2 500 hectares. Elle assure un suivi botanique mais aussi de la faune.

Quatre sites dans les Barthes-de-l’Adour. Neuf sites en zone côtière. Dix sites qui font l’objet d’une gestion dans la Haute- Landes (marais et lagunes) et 5 sites en zone agricole (Armagnac-Chalosse). Le maillage des zones humides dans le département des Landes permet à la fédération de disposer d’une échelle de gestion et d’observation la plus précise qu’il soit. « Les prémices d’actions sur les zones humides ont débuté dans les années 1970 sur la côte, à Léon, et à l’intérieur des terres, à Garein, rappelle Jean-Paul Laborde, technicien à la FDC40. Cela fait 45 ans que cette politique se perpétue et s’est étoffée ».

Lire la suite dans Chasseur en Nouvelle-Aquitaine n°12

Barsac : un service civique pour les chasseurs

C’est une première en France : la société de chasse de Barsac vient d’embaucher une jeune en service civique.

Cent adhérents, 1 000 hectares chassables et autant d’idées pour sensibiliser à l’environnement. La société de chasse de Barsac n’en est pas à son coup d’essai. Opérations de nettoyage des chemins et des bois, ramassage des cartouches, etc. : le président Alban Maucouvert aime les actions concrètes sur le terrain. Mais le temps manque pour tout faire. Alors le bureau a décidé d’embaucher un jeune en l’occurrence une jeune, Inès, en service civique.

Lire la suite dans Chasseur en Nouvelle-Aquitaine n°12

Influenza : l’avifaune sous observation

La FDC 24 prend part à une étude triennale, a priori unique en France, sur la fréquentation des oiseaux sauvages au sein des espaces dédiés à l’élevage des palmipèdes.

Présence et comportement de l’avifaune dans les élevages des palmipèdes sur les parcours agroforestiers ouverts, semi ouverts, fermés et dans les bâtiments » : c’est le nom de l’étude qui a débuté au 1er janvier 2018 dans et autour du site expérimental de Glane (élevage ovins et palmipèdes), sur les hauteurs de Coulaures. Programmée sur une durée de 3 ans, celle-ci vise à apporter des réponses aux problématiques contextuelles générées par les derniers épisodes de grippe aviaire. Après une année d’observations et d’analyses, elle va aussi à l’encontre de quelques idées reçues, dont celle qui affirme que les oiseaux sauvages – en particulier les migrateurs comme les palombes, les grues, les canards, etc. – seraient attirés dans les secteurs où sont élevés leurs congénères domestiques.

Lire la suite dans Chasseur en Nouvelle-Aquitaine n°12

Maison de la Nature : cinquante ans pour convaincre !

C’est fait ! La Fédération et la Ville de Limoges ont conclu l’accord permettant d’installer le futur siège fédéral au bord du lac d’Uzurat jusqu’en janvier 2070 et plus si affinités !

Cet accord, signé par le Président Christian GROLEAU, le 1er adjoint Guillaume GUERIN et le Maire de Limoges Emile-Roger LOMBERTIE prévoit en contrepartie l’animation de cet Espace Nature de près de 100 hectares par la Fédération. Ce sera un extraordinaire challenge pédagogique pour mieux expliquer la place et le rôle de l’Homme dans la Nature ainsi que pour sensibiliser de nombreux publics à la préservation de la biodiversité.

Lire la suite dans Chasseur en Nouvelle-Aquitaine n°12

Bilan contrasté du suivi petit gibier

Les territoires se sont moins impliqués dans le comptage du petit gibier, ce qui entraîne forcément une baisse dans le recensement des canards, faisans, lapins ou coqs…

La fédération départementale des chasseurs de la Creuse a présenté un bilan des suivis de faisans, perdrix et canards. Concernant, les faisandeaux sous poules domestiques, les données depuis six ans laissent apparaître un nombre de nichées inférieur aux années 2016-2017, qui s’explique notamment par une diminution des territoires étudiés. Malgré cela, on note toutefois un pourcentage de survie moyenne jusqu’au lâcher en nette amélioration, atteignant 68 % en 2019. De loin la meilleure année, sachant que l’on partait de 27 % en 2013 !

Lire la suite dans Chasseur en Nouvelle-Aquitaine n°12

Prélèvements : un partenariat avec la SNCF

Sur proposition de la SNCF qui a voulu profiter de l’arrêt des trains pour cause de travaux sur la ligne Paris-Toulouse lors du week-end du 11 novembre dernier, les structures de chasse ont eu l’autorisation de se poster sur l’emprise de la voie ferrée.

Neuf communes et 15 structures de chasse étaient concernées. L’objectif était de prélever des animaux ou de les décantonner car la SNCF a relevé un nombre de collisions avec la faune sauvage plus important sur 2 secteurs. (Brive/Noailles et Uzerche/Masseret). Au final, 77 sangliers, 19 chevreuils, 2 cerfs et 10 renards ont été levés à proximité de la voie, pour un prélèvement de 21 sangliers, 4 chevreuils et 5 renards.

Sécurité : une vive réaction fédérale après les drames de novembre

En réaction aux notre activité ». accidents mortels, la fédération a imposé la matérialisation des angles de 30° en battue et l’interdiction de tir dans cet espace. Et on multiplie les formations.

La Vienne n’avait pas connu d’accident mortel depuis plus de 25 ans. Les drames de novembre en ont été d’autant plus durement ressentis. Le vendredi 15, un homme était tué lors d’une battue à Montamisé. Le lendemain matin c’est une chasse au petit gibier qui tournait au drame.

Lire la suite dans Chasseur en Nouvelle-Aquitaine n°12

Plantations de haies : le département double la mise

Le Département veut faire des Deux-Sèvres une « pépinière de planteurs de haies » en consacrant 300 000 € à un programme pluriannuel d’aides à la plantation. Un effort accompagné par les chasseurs.

Depuis plus de trente ans les chasseurs replantent des haies, créent des bosquets. Ils l’ont fait en particulier avec le concours financier du Département. Celui-ci, sous l’impulsion de son président, Gilbert Favreau, vient de décider de donner un grand coup d’accélérateur à ces programmes. « Nous avons décidé de doubler le volume annuel des plantations pour harmoniser le développement de l’économie agricole avec les enjeux environnementaux et territoriaux ».

Lire la suite dans Chasseur en Nouvelle-Aquitaine n°12

Bilan 2019 des activités scientifiques

À compter du 1er septembre, un comptage ornithologique toutes espèces est réalisé tous les 10 jours jusqu’au 15 avril de l’année suivante. Du 15 novembre au 15 mars, celui-ci est effectué tous les 5 jours.

Lire l’article complet dans Chasseur en Nouvelle-Aquitaine n°12