Tableau de chasse, un placement pour l’avenir

Connaître les prélèvements cynégétiques permet de préserver la ressource et de faire de la chasse une activité durable. Le prélèvement ne doit pas dépasser la capacité de croissance de la population chassée. L’estimation des tableaux de chasse est donc une des pièces maîtresse du puzzle à mettre en place pour une gestion des populations animales plus éclairée et raisonnée.

Pour la seconde année, une enquête a été menée par les techniciens de la FRC sur 10 départements de Nouvelle-Aquitaine afin de connaître le prélèvement réalisé, pour la saison 2018/2019, par les chasseurs sur 19 espèces gibier faisant partie des préférées des chasseurs de la région. Les différentes catégories (grand gibier, migrateurs, petit gibier de plaine, espèces susceptibles d’occasionner des dégâts et oiseaux d’eau) sont toutes prises en compte.

Des éducateurs très nature

Sensibiliser le grand public et les enfants à leur environnement proche est essentiel pour une meilleure compréhension de la nature qui nous entoure. Avec leur maillage « tous terrains » les structures cynégétiques sont devenues des acteurs importants et reconnus de la protection de l’environnement. Elles font ainsi découvrir la vraie nature à un public qui connaît souvent mieux l’éléphant ou la girafe que le renard ou le chevreuil.

Agrifaune : agriculteurs et chasseurs suivent le même sillon

Issu d’une convention nationale passée en 2006 et renouvelée en 2016 pour la période 2016/2021, entre l’ONCFS, la FNSEA, la Fédération Nationale des Chasseurs et l’Assemblée Permanente des Chambres d’Agriculture, le réseau AGRIFAUNE traduit la volonté des agriculteurs et des chasseurs de travailler ensemble.

Pigeon ramier : bilan des observations aux cols pyrénéens

Une saison particulière pour la migration des palombes. De nombreuses alouettes et grives en migration cet automne.

Depuis 1999, chaque année, entre le 15 octobre et le 11 novembre, le rituel est le même sur les quatre postes d’observation mis en place par le GIFS France pour contrôler la migration du pigeon ramier (palombe – Columba palumbus) sur la partie occidentale de la chaîne pyrénéenne. Tous les jours, entre 8 et 16 heures, des techniciens des fédérations de chasseurs de Nouvelle-Aquitaine et de Midi-Pyrénées, assistés de stagiaires du lycée agricole de Saint-Pée-sur Nivelle, recensent les vols et le nombre de pigeons ramiers aux postes d’Urrugne, Sare, Banca et Arnéguy.

Cette année, nous avons eu la participation de la Fédération des chasseurs de l’Indre. Connaître le passage sur quatre cols Le protocole de comptage n’a pas pour objectif de recenser l’ensemble des oiseaux franchissant les Pyrénées mais il permet de connaître le passage sur quatre cols identiques chaque année et sur la même période d’observation. Ces observations permettent de faire une comparaison interannuelle des effectifs et de mettre en évidence une tendance d’évolution de la population migratrice transpyrénéenne. Les comptages ont débuté le 15 octobre 2019 et se sont achevés le 11 novembre 2019. Cette année, les effectifs totaux recensés s’élevaient à 315 859 pigeons ramiers. Les observations n’ont pas mis en avant de réel pic de migration.

Doux et pluvieux
Cette saison a été marquée par un automne relativement doux jusqu’au 30 octobre puis un épisode pluvieux sans précédent de 12 jours consécutifs. La relative douceur a accompagné le passage des migrateurs avec une journée à 111 000 oiseaux le 26 octobre. Les vents relativement forts de sud ont freiné les palombes lors de ces belles journées.

Ainsi, de nombreux oiseaux sont arrivés dans la grande plaine du Sud-Ouest où ils ont trouvé une glandaie exceptionnelle sur certains secteurs et sont bloqués depuis cet épisode car la migration est compliquée avec ces temps humides. Il est quasiment certains qu’une fenêtre météorologique favorable permettra à un certain nombre de palombes de franchir les Pyrénées pour arriver en Péninsule Ibérique. Nos techniciens resteront à l’affût de ce phénomène pour vérifier cette migration atypique. Le président du GIFS, Jean- Roland Barrère a tenu à adresser « Un grand merci aux présidents des FDC participantes, aux techniciens, aux stagiaires du lycée agricole de Saint-Pée-sur-Nivelle et aux bénévoles venus soutenir les observations. »

FRC : réflexions, propositions, actions !

Elu le 15 avril 2019 à la présidence de la Fédération Régionale des Chasseurs de Nouvelle-Aquitaine (FRCNA), Bruno Meunier mise sur le partage des données et des savoirs pour donner un avenir à la chasse en Nouvelle-Aquitaine. Pour cela, il compte sur les groupes de travail appelés à remplacer les différentes commissions en place jusqu’alors.

Cette nouvelle formulation qui inclut la notion de travail doit faire sens au niveau du chasseur de base ». Pour le successeur de Guy Guédon à la tête des chasseurs de Nouvelle-Aquitaine, l’intitulé « Groupe de travail » à la place de « Commission » n’est pas un simple effet de sémantique. « En proposant, le 14 mai dernier à Puymoyen, siège de la Fédération des Chasseurs de la Charente (FDC 16), la mise en place de 6 groupes de travail appelés à plancher sur les thématiques suivantes : « Gestion adaptative, migrateurs», « Comment fidéliser les chasseurs, gestion du petit gibier, biodiversité », « Education à la nature », « Mutualisation », « Dégâts de gibiers » et « Gestion des déchets de venaison, sanitaire », nous portons un regard sur l’ensemble des modes de chasse dans notre région », explique celui qui est aussi président de la FDC 16.
Groupes restreints et binômes référents
« Le nombre n’est pas un gage de qualité. Le choix de groupes avec, au départ, seulement 3 élus et 3 salariés en plus d’un binôme référent, doit amener une plus grande efficacité. Mais rien n’est totalement fermé. Ces groupes pourront toutefois s’étoffer en fonction des sujets et des pistes évoqués», ponctue Bruno Meunier. Si Valérie Cohou, Philippe Mourguiart et Grégoire Bouton sont au rang des binômes, ils sont accompagnés de représentants des fédérations : Jean Roland Barrère (FDC Landes), Michel Cuau (FDC Vienne), Guy Guédon (FDC Deux-Sèvres), Francis Vincent (FDC Charente-Maritime), Michel Auroux (FDC Lot-et-Garonne) et Christian Groleau (FDC Haute-Vienne). « Une représentativité qui couvre géographiquement notre région du nord au sud et représente la diversité et les spécificités des 12 départements qui la composent. Grands gibiers, petits gibiers, migrateurs, les territoires de Nouvelle-Aquitaine abritent tous les gibiers chassables », complète l’homme qui préside aussi aux destinées du Club National des Bécassiers.

Des pistes à suivre
« Offrir un panel complet des modes de chasse est une chance pour la Nouvelle-Aquitaine. Une chance que d’autres régions n’ont pas. A nous fédération régionale, en collaboration avec les fédérations départementales, d’assurer l’avenir de la chasse en mettant en action la gestion adaptative voulue par le Président de la République », avance Bruno Meunier. « Pour cela il faut s’appuyer sur l’expertise des FDC pour ne pas réinventer ce qui se fait de bien dans tel ou tel département. La mutualisation des idées, des actions et des dépenses est devenue une nécessité pour notre région forte de 12 départements et de près de 210 000 chasseurs ». Pour conserver ou séduire de nouveaux chasseurs (notamment avec l’opération permis à 0 € mise en place dans certains départements), il faut leur proposer quelque chose d’intéressant et à un coût raisonnable. « La mutualisation des dépenses (véhicules, cartouches, papeterie, bureautique…) pourrait amener une baisse du coût des achats qui bénéficierait ainsi aux adhérents des FDC ». Une mutualisation qui pourrait s’étendre à la collecte des déchets de venaison entre départements limitrophes.

Autres sujets évoqués par le président de la FRCNA : l’éducation à la nature auprès des scolaires et du grand public et la communication. « Il nous faut faire connaître nos actions auprès du plus grand nombre », insiste Bruno Meunier. « Pas question toutefois pour la FRCNA de s’ingérer dans la gestion des FDC. C’est ensemble que nous devons écrire l’avenir du loisir qui nous rassemble : la chasse ».

Thierry Montéro

Hivernage des palombes : une année exceptionnelle

Une nouvelle année record pour l’hivernage des palombes dans le Sud-Ouest. Rien qu’en décembre les fédérations de chasseurs du grand Sud-Ouest ont recensé plus de 2 millions d’oiseaux. Habituellement, le décompte tourne autour de 1,2 million pour la période hivernale.

 

Lire la suite dans CNA n°9

Association : pour une transmission naturelle

Associations agréées au titre de la protection de l’environnement, les fédérations des chasseurs, font de leur ancrage dans les territoires ruraux le socle de leurs actions en faveur de l’éducation à la nature et au développement durable. Pour la Nouvelle-Aquitaine les animateurs nature sont regroupés au sein le l’ENNOA -Education Nature en Nouvelle-Aquitaine-avec un objectif commun : faire découvrir et aimer la nature à un large public.

Née dans les années 1960 et menée alors par des bénévoles passionnés, l’éducation à la nature s’est étoffée dans les années 1990 avec la notion de « développement durable ». Oubliés des premières heures, les chasseurs sont devenus aujourd’hui des acteurs à part entière de l’éducation à l’environnement. « En s’appuyant sur des études scientifiques et leur vécu de terrain, les chasseurs mènent des missions en lien avec le développement durable », avance Emmanuel Coussy, l’un des animateurs de l’ENNOA. « C’est pour cela que nous avons une convention avec l’Education Nationale et que nous sommes sollicités pour des interventions dans le milieu scolaire auprès des élèves de CE1, CM2 ou 6e. Nous pouvons aussi être amenés à intervenir devant des publics adultes », précise le technicien de la FDC de la Vienne.

Sans prosélytisme
A l’heure où nos petites têtes blondes connaissent mieux les espèces exotiques (kangourou, crocodile…) que la fouine ou le chevreuil, la forêt amazonienne que le petit bois à la sortie du village, les animateurs nature des FDC n’ont qu’une envie : faire découvrir la nature qui les entoure aux participants jeunes et moins jeunes. « La nature des supports pédagogiques que nous utilisons a pour seul but de faire connaître et comprendre la nature, l’environnement et la diversité des biotopes qui nous entourent et cela sans aucun prosélytisme, comme le stipule un article de notre charte nationale, poursuit Emmanuel Coussy. Une « neutralité » qui fait le succès des interventions qui affichent un nombre croissant de demandes d’année en année.

Professionnalisme et créativité
Des interventions menées par des animateurs nature titulaires du Brevet Professionnel Jeunesse Education Sportive délivré au niveau national et complété par l’option Education à l’Environnement vers un développement Durable. S’ils se nourrissent des remontées des informations nationales et des données du site EKOLIEN, cher à Guy Guedon 1er président de la FRC Nouvelle-Aquitaine, le groupe de pilotage de l’ENNOA a aussi affiché et mis en oeuvre ses idées créatrices. «Avec Frédéric Audurier (FDC79), Mathieu presset (FDC 19), Valérie Cohou (FRCNA) et les présidents Guy Guedon (FDC79 / FRCNA) et François Sauvage (FDC19) nous avons créé 2 supports d’éducation. Un support tactile pour le travail des sens et un autre sur la migration du ramier ou de la palombe qui est, pour nous, l’espèce représentant la région Nouvelle-Aquitaine. C’est un jeu de l’oie… de la palombe et du ramier », complète dans un sourire Emmanuel Coussy. Associés à des sorties de terrain, tous les supports utiliséspermettent de lier théorie et terrain et de développer ainsi une écocitoyenneté… durable à laquelle le monde de la chasse aura contribué.

Tuberculose bovine : ne pas baisser la garde

Maladie animale transmissible à l’homme (zoonose), la tuberculose bovine est causée par une bactérie, Mycobactenum bovis (M bovis), qui peut infecter de nombreuses espèces de ruminants, domestiques et sauvages (bovins et cervidés). Souvent transmissible par voie respiratoire, elle touche aussi les populations de sangliers, blaireaux ou renards.

Depuis 2001, la France est déclarée officiellement indemne de tuberculose bovine. Cette maladie n’est pourtant pas totalement éradiquée. En 2017, 95 foyers de tuberculose bovine ont été recensés, dont 80% pour la seule région Nouvelle-Aquitaine. Une situation qui a amené la FRC Nouvelle-Aquitaine à faire le point et étudier les mesures à mettre en place pour renforcer son plan de surveillance de la maladie.

(…) Lire l’article complet dans la revue Chasseur en Nouvelle Aquitaine n°6

 

Comité paritaire sylvicole : s’entendre au coin du bois

La région Nouvelle-Aquitaine est devenue la première forêt de France et l’une des premières d’Europe. Une forêt que la progression des populations d’ongulés (cerf, chevreuils et sangliers) peut mettre à mal sur le plan économique et celui de la biodiversité. Pour éviter la fausse note, les forestiers (250 000 propriétaires de plus d’1ha) et les chasseurs (210 000) doivent jouer de concert au sein du Comité paritaire régional sylvo-cynégétique dont l’arrêté de création est daté du 11 avril 2017.

La chanson est bien connue depuis longtemps. Pour les propriétaires forestiers les surpopulations d’ongulés sont la conséquence du non respect des plans de régulation de ces espèces par les chasseurs. Des porteurs de fusil qui de leur coté avancent respecter au mieux les plans de chasse qui leur sont dévolus. Un jeu du « Je t’aime moi non plus »qui n’est bénéfique ni aux uns ni aux autres. Le comité paritaire impliquant l’ensemble des acteurs (sylviculteurs, gestionnaires d’espaces naturels et chasseurs) doit être un atout pour accélérer un retour à l’équilibre qui n’est pas le même selon que l’on soit chasseur ou forestier. En cas de blocage, le Préfet et le Président du Conseil Régional peuvent faire appel à une expertise extérieure.

État des lieux et propositions
Rattaché à la commission régionale de la forêt et du bois de la Nouvelle-Aquitaine (CRFB), le comité paritaire est co-présidé par le Préfet de Région et le Président du Conseil Régional. Les présidents de l’Union Régionale des Communes, du Centre Régional de la Propriété Forestière, du Syndicat des Sylviculteurs du Sud-ouest, du Syndicat Fransylva (forestiers privés en Limousin), des Forestiers Privés du Poitou-Charentes, de l’Union de la Coopération Forestière Française y siègent au coté du Directeur de l’Agence Landes-Nord-Aquitaine de l’Office National des Forêts. Le président de la Fédération Régionale des Chasseurs et ceux des Fédérations Départementales de Gironde, Dordogne, Corrèze, de Charente-Maritime, de la Haute-Vienne et des Landes complètent le tour de table. Les travaux menés se font à partir de 2 groupes de travail dirigés par la DRAAF Nouvelle-Aquitaine. Premier objectif : identifier les zones les plus affectées par la présence de l’espèce cerf et proposer des actions concrètes pour les résorber.

Une cartographie à…retailler
Côté chasseurs le groupe de travail qui comprend 6 personnes (2 élus-4 personnels) a permis de proposer, pour 5 départements, une cartographie des zones les plus affectées. Cette cartographie s’appuie sur les échanges dans chaque département au sein des CDCFS, en accord avec leur DDT respective. À terme leur définition pourrait s’appuyer en grande partie sur la cartographie établie par le GIP ATGERI sur l’ensemble de la région sur la base des télésignalements de dégâts (abroutissement, écorçages…) réaliser par les forestiers eux-mêmes. Alors que les sylviculteurs ont établi une cartographie à 3 niveaux (forts enjeux, enjeux, zone de vigilance), le GIP devra, sur la demande des chasseurs, fournir une cartographie des jeunes peuplements (<5 ans ou 10 ans) ainsi que des plantations à venir afin de renforcer les plans de chasse dans les secteurs concernés.

Agriculture et biodiversité : des défis à relever

Amphithéâtre archi plein au lycée agricole de Melle pour le colloque agriculture et biodiversité en Nouvelle-Aquitaine organisé par la Chambre régionale d’agriculture et la Fédération Régionale des Chasseurs.

Le sujet suscite beaucoup d’intérêt. « Car nous sommes dans une thématique d’urgence », affirmait en conclusion de la journée le chercheur du CNRS Vincent Bretagnolle. « La biodiversité a connu en 25 ans un véritable effondrement en milieu agricole ». Un constat indiscutable. Mais les organisateurs du colloque se sont attachés à mettre justement en valeur les actions engagées pour faire évoluer la situation. On a présenté en particulier celles menées dans le cadre du programme Agrifaune. Plus d’un million d’euros ont été investis dans la région pour ces actions destinées à la prise en compte de la faune sauvage au sein d’une agriculture économiquement viable. « Nous continuerons à soutenir Agrifaune car la Région Nouvelle-Aquitaine veut protéger sans sanctuariser, développer la filière bio », affirmait Henri Sabarot au nom du conseil régional.

Le colloque a permis aussi de découvrir les autres travaux menés dans le cadre des fermes « Dephy », « 30 000 », mais aussi ces actions « de terrain », l’entretien des chemins ruraux, la mise en place de bandes enherbées, de couverts floristiques, d’inter-rangs dans les vignes. On agit en faveur des auxiliaires de cultures, des pollinisateurs. « Nous sommes vraiment engagés dans la démarche », soulignait Luc Servant, premier vice-président de la Chambre régionale d’agriculture, « mais il faudrait que ce soit reconnu. En fait, l’agriculteur doit faire face aux contraintes administratives et il fait quand même l’objet des critiques de la société ». Il se doit aussi, évidemment, de dégager un résultat sur son exploitation. Les défis ne manquent pas ! Pour les relever, la présence de très nombreux apprenants du lycée agricole de Melle (converti en bio) était un vrai motif d’espoir. Mais il faudra du temps, beaucoup de temps !