Solidarité envers Franck, technicien de la FDC17

Atteint d’une sclérose en plaque, Franck – technicien assermenté de la FDC17 – découvre qu’une nouvelle forme de médication pourrait le sauver : il s’agit d’une greffe de cellules souches qui présente d’excellents résultats pour stopper la progression de la maladie.

En France, cette procédure est couramment utilisée pour les malades du cancer, très peu pour la sclérose en plaque. Elle a pourtant plusieurs dizaines d’années de recul dans d’autres pays, comme au Mexique. Il décide donc d’envoyer son dossier à la Clinicat Ruiz de Mexico qui, quelques semaines plus tard, a été accepté. Franck va donc pouvoir suivre ce protocole expérimental, qui est sans doute sa dernière chance ! Sauf que pour bénéficier de cette greffe, 50 000 euros sont nécessaires. Alors vous aussi, aidez-le et faites un don !
Faites un don ici https://pourfranck.org/

Nouvelle campagne TV de la FNC

Plus qu’un film, un manifeste pour célébrer l’action positive des chasseurs au service de la nature.

Forts du succès de leur premier spot TV d’envergure, « La chasse, le bonheur grandeur nature », qui a touché plus de 40 millions de téléspectateurs l’an passé, les chasseurs s’invitent, une nouvelle fois, sur le petit écran, du 3 au 30 avril 2022. Ce nouveau film publicitaire répond à la demande des téléspectateurs qui, suite à notre premier spot, se montraient curieux d’en savoir plus sur les chasseurs. Ce nouveau rendez-vous prend la forme d’un film de 30 secondes qui bénéficie d’un plan média puissant (réseau hertzien, TNT et câble satellite) avec plus de 1 000 passages et une diffusion sur le digital.

Plus qu’un film, ce spot est un manifeste pour célébrer l’action positive des chasseurs pour la biodiversité, au cœur des écosystèmes. Une voix OFF raconte l’histoire vraie de femmes et d’hommes, « fiers, passionnés, dévoués, bénévoles, concernés », en symbiose avec la nature. Ce ne sont pas des comédiens et leurs gestes captés par les caméras sont ceux qu’ils font, 365 jours par an, pour « la sauvegarde de la biodiversité » même lorsqu’ils ne chassent pas. La caméra les suit dans des paysages grandioses. Rien ne dit qu’ils sont chasseurs. La voix OFF explique « qu’ils entretiennent les espaces naturels, que le travail est immense et que leur dévouement est bien réel ». La signature du spot « Nous sommes chasseurs » lève le suspens en révélant que les fédérations des chasseurs sont agréées au titre de la protection de l’environnement. Contre toute attente, car « on les montre du doigt », les chasseurs ont en réalité de belles choses à faire partager et à faire comprendre à l’opinion publique. « La nature, on la comprend, on la ressent, on la connaît par cœur et pour elle on ne compte pas nos heures » souligne la voix OFF. C’est ce que vont découvrir les téléspectateurs grâce ce spot qui le prouve sans artifice : la biodiversité et les chasseurs, c’est une évidence !

Ce film TV de 30 secondes est à voir sur 17 chaînes des Groupes : TF1, M6, Canal + (CNews, C8, CStar) et RMC … sans oublier un plan media digital puissant. La campagne a été lancée, hier, le 3 avril, avec, en point d’orgue, une diffusion après le JT du 20 h de TF1.

Pour visionner le spot TV de 30 secondes cliquer sur le lien : https://youtu.be/iSAhPhILcRc

 

Une pétition contre les associations qui combattent des activités légales avec des moyens illégaux

C’est une première ! La FNC lance une pétition pour que les associations, dites « d’intérêt général », qui combattent ouvertement des activités légales avec des moyens illégaux (intrusions, obstructions, violences, etc…) ne bénéficient plus d’avantages fiscaux. C’est ce non-sens que la FNC a décidé de mettre sous le feu des projecteurs et de condamner dans une pétition qui est hébergée sur le site du Sénat : https://petitions.senat.fr/initiatives/i-947)

Ces dernières années, le nombre d’associations ou d’organismes se réclamant d’intérêt général s’est fortement développé. Cette notion d’intérêt général doit en principe être liée au caractère philanthropique, éducatif, scientifique, social, humanitaire, sportif, familial, culturel ou concourant à la mise en valeur du patrimoine artistique ou à la défense de l’environnement naturel attaché aux actions des associations et fondations.

Celles-ci peuvent ainsi bénéficier d’avantages fiscaux et faire appel à la générosité du public. Ainsi chaque don offre à son donateur une réduction fiscale d’impôt sur le revenu ou d’impôt sur la fortune immobilière. Or, derrière cet objectif de sensibilisation et d’information, certaines associations incitent à la haine contre des activités légales et elles militent parfois avec violence contre des activités rurales et traditionnelles comme la chasse, la pêche ou l’élevage par exemple, avec des moyens répréhensibles d’obstruction ou d’introduction dans des propriétés privées.

Elles n’hésitent pas non plus à harceler ou à montrer du doigt une entreprise ou une personne qui se serait mal comportée, dans le but assumé de la livrer à la haine sur les réseaux sociaux. La pratique du « name and shame » s’est ainsi développée à l’égard des parlementaires qui s’y opposent.

Pourtant, chacune d’elles se réclame d’intérêt général permettant ainsi aux personnes physiques donatrices de bénéficier d’une réduction d’impôt.

Or, la définition exclusivement fiscale de la notion d’intérêt général à caractère philanthropique, éducatif, scientifique, social, humanitaire, sportif, familial, culturel ou concourant à la mise en valeur du patrimoine artistique ou à la défense de l’environnement naturel semble en total décalage avec la réalité de fonctionnement de telles structures.

Derrière un objet conforme au code général des impôts, elles opèrent avec des actions qui s’avèrent bien loin de la défense d’un intérêt général mais qui servent une cause militante bien particulière.

C’est la raison pour laquelle, les signataires de la pétition demandent :

–           Qu’une enquête parlementaire soit diligentée pour faire la lumière sur le fonctionnement de ces associations agissant ouvertement contre des activités légales ;

–           Un contrôle renforcé sur les associations conduisant des actions d’entrave, de violence, d’intrusion et de dégradation au nom de la cause animale en termes de régularité des dons au sens du Livre des procédures fiscales (art. 18 de la loi n° 2021-1109 du 24 août 2021 confortant le respect des principes de la République) ;

–           La refonte du régime des dons et des donations ainsi que de l’action en justice des associations qui ne bénéficient pas d’un agrément administratif pour leur activité.

Réaction :

Willy Schraen, Président de la FNC : « En démocratie, tout citoyen a des droits mais aussi des devoirs. Le milieu associatif ne doit pas faire exception à cette règle. Il n’est pas normal que certaines associations qui usurpent leur statut d’intérêt général en pratiquant un militantisme contre des activités légales, qui vont bien au-delà de la chasse, bénéficient de financement sous la forme de dons et donc d’avantage fiscaux. Leurs donateurs bénéficient de réductions fiscales, ce qui les incite à participer au financement de ces associations. Il est temps que la nécessaire transparence, garante du bon fonctionnement de nos institutions, s’applique aussi au milieu associatif qui se réclame de l’intérêt général. Je demande qu’une enquête parlementaire soit diligentée sur le fonctionnement et le mode de financement de ces associations. J’appelle donc tous les citoyens à signer cette pétition pour qu’elle atteigne les 100 000 signatures dans un délai de 6 mois ! ».

Comptage : vol au-dessus d’un nid de ramiers

Depuis 1999, quatre sites des Pyrénées-Atlantiques, Urrugne, Sare, Banca et Arnéguy, servent chaque année de postes d’observation pour contrôler la migration de l’oiseau bleu sur la partie occidentale des Pyrénées.

Effectué par des techniciens des FDC de Nouvelle-Aquitaine et de Midi-Pyrénées, des élèves du Lycée Agricole à Saint-Pée-sur-Nivelle et des bénévoles, le comptage est réalisé du 15 octobre au 11 novembre. Au-delà d’une comparaison interannuelle des effectifs, il affiche la tendance d’évolution de la population migratrice. Pour 2021, le bilan du comptage sur les quatre postes d’observation donne un effectif approximatif de passage de 1 519 396 et un effectif approximatif de retour de 89 673, soit un effectif réel de 1 429 723 oiseaux. Les plus importants passages ont eu lieu les 24 octobre (116 233 oiseaux en effectif réel), 27 octobre (228 595 oiseaux), 7 novembre (104 765 oiseaux) et 10 novembre 880 849 oiseaux), représentant 87,6 % de la migration totale en 4 jours de passage.

Le peloton bleu de site en site

Le site d’Urrugne, marqué par quatre pics migratoires, a vu passer 1 020 404 palombes et un effectif de retour de 66 914 palombes, soit un effectif réel de 953 490 palombes (66,7 % de l’effectif réel total). Le total des palombes relevé sur ces pics correspond à 92 % des palombes observées sur ce poste. Au corridor de Sare, les observateurs ont noté un effectif de 335 515 palombes et un effectif de retour de 5 814 palombes, soit un effectif réel de passage de 329 701 palombes, représentant 23,1 % de l’effectif réel total. Le comptage est marqué par un unique pic de migration (10 novembre) avec 78,7 % des ramiers aperçus sur ce site.

La trouée de Banca a été le cadre du vol de 121 735 palombes pour un effectif de retour de 9 624 palombes, soit un effectif réel de passage de 112111 palombes qui correspond à 7,8 % de l’effectif réel total. A noter deux « petites » journées migratoires avec 60,4 % des palombes aperçues en transit. Du côté de la brèche d’Arnéguy, il a été relevé un effectif de 41 742 palombes pour un effectif de retour de 7 321 palombes, soit un effectif réel de passage de 34 421 palombes. L’effectif réel de passage du poste correspond à 2,4 % de l’effectif réel total. Aucun pic de migration n’y a été enregistré en 2021.

Stabilité des effectifs

Cette saison a été marquée par un automne relativement chaud (jusqu’à 26° C), puis par un temps instable début novembre (pluie, vent de sud fort, brouillard en plaine). Une météo qui n’a pas aidé nos migratrices à poursuivre leur périple patientant en plaine et attendant des conditions favorables pour se diriger vers la péninsule Ibérique, conditions survenues brusquement en toute fin de saison. Globalement, cette saison a été marquée par un passage majoritairement littoral. Si l’on compare 2021 avec les 22 années précédentes, l’analyse statistique confirme l’absence de tendance significative. On peut donc conclure à une certaine stabilité des effectifs migrateurs avec toutefois des variations interannuelles importantes du nombre d’oiseaux en migration, variations liées à la disponibilité des ressources alimentaires en hivernage dans le grand sud-ouest de la France.

Par Thierry Montéro et Valérie Cohou dans Chasseur en Nouvelle-Aquitaine n°19

Les chasses aux pantes et à la matole à nouveau autorisées

Les arrêtés ministériels d’autorisation des chasses traditionnelles viennent d’être publiés dans la nuit du 14 au 15 octobre

Les arrêtés sont datés du 12 octobre 2021, la veille du dernier Conseil des ministres. Ils indiquent que la chasse aux alouettes des champs au moyen de pantes (filets) et de matoles (cages) est à nouveau autorisée dans les départements des Landes, de la Gironde, du Lot-et-Garonne et des Pyrénées-Atlantiques.

Le nombre maximum d’oiseaux chassés est fixé pour chaque département.

Les chasseurs aux alouettes vont donc pouvoir reprendre leur activité dès ce vendredi.

Au total, ce sont huit arrêtés qui sont parus vendredi 15 octobre au Journal officiel, autorisant des chasses d’oiseaux dites traditionnelles par piégeage. Outre la capture des alouettes des champs dans les départements du Sud-Ouest, ils autorisent aussi « la capture des vanneaux huppés et des pluviers dorés au moyen de tenderies aux filets » dans les Ardennes, et la « tenderie (nœud coulant) aux grives et aux merles noirs » dans les Ardennes.

Les chasseurs se sont mobilisés !

Les défenseurs des chasses traditionnelles et de la ruralité ont défilé, ce samedi 18 septembre, dans les rues de Mont-de-Marsan. Un cortège de 16 300 manifestants selon la préfecture, et de 20 000, selon les organisateurs, s’est élancé à travers la ville.

Lire l’article de Sud-Ouest : https://www.sudouest.fr/environnement/mont-de-marsan-environ-17-000-chasseurs-et-ruraux-ont-battu-le-pave-5957359.php

Tous mobilisés pour la chasse le 18 septembre !

Le samedi 18 septembre prochain, tous les chasseurs sont invités à participer à la grande manifestation pour la sauvegarde de la chasse française à Mont-de-Marsan dans les Landes. 

Le mot d’ordre est la défense de la chasse. La chasse française est attaquée. Nous devons défendre notre culture, nos traditions et la ruralité. Plusieurs bus devraient partir dans différents départements de toute la France. Vous pouvez vous renseigner auprès de votre fédération des chasseurs.

Dates d’ouverture de la chasse – saison 2021-2022

Les dates d’ouverture de la chasse par département sont fixées pour chaque espèce par arrêté préfectoral, à chaque nouvelle saison. Cela ne signifie pas forcément que la chasse est impossible avant ces dates. Un contexte local particulier peut autoriser la chasse par anticipation ou sur une période plus étendue.

Retrouvez les dates par département en cliquant ici : https://www.chasseurdefrance.com/pratiquer/dates-de-chasse/

Baguage des pigeons ramiers en hivernage

Lancées à l’automne 1988, lors de la migration post-nuptiale des pigeons ramiers franchissant les cols pyrénéens, les opérations de baguage ont été menées sur de nombreux sites dans 5 départements d’Aquitaine et de Midi-Pyrénées.

Au départ, de nombreux oiseaux ont été capturés dans les pantières basques (filets verticaux), bénéficiant ainsi de cette tradition ancestrale. Au fil du temps, c’est l’emploi de filets horizontaux (pantes) qui s’est imposé.

Si vous avez prélevé un oiseau bagué, merci de le faire savoir, en retournant la bague, et en indiquant vos noms, prénoms, adresse ainsi que la date et le lieu de reprise à : GIFS France – 12 boulevard Hauterive – 64000 PAU

Nous ferons suivre les informations au Centre de Recherche sur la Biologie des Populations d’Oiseaux qui nous permettrons de vous informer du parcours de l’oiseau.